Comment choisir la convention obsèques ?

convention obsèques

Avec un budget compris entre 2500 et 4500 euros, les coûts d’obsèques représentent pour les ménages modestes une charge financière colossale. La convention obsèques vous permet de mettre vos proches à l’abri des dépenses liées à vos obsèques et surtout pour vous assurer d’organiser vos funérailles comme vous le désirez. Offrant des garanties bien plus larges qu’une assurance décès, il doit être choisi avec soin. Comment choisir donc une convention obsèques ? À ce sujet, voici ce qu’il y a lieu de savoir.

Le type de contrat d’assurance obsèques

Dans le cadre de la souscription d’une convention obsèques, également appelée prévoyance obsèques, vous serez appelé à choisir entre deux types de contrats : le contrat en capital ou le contrat d’obsèques en prestation. 

Le contrat obsèques en capital

Cette formule de la convention obsèques consiste au versement d’un capital aux bénéficiaires de votre choix. C’est ensuite à lui de déterminer les modalités des obsèques. Avec ce type de contrat, il vous est laissé une certaine marge de manœuvre quant au choix par exemple de « volontés essentielles ». Il est par exemple possible de choisir entre une inhumation et une crémation ou entre une cérémonie civile et une cérémonie religieuse.

Avant la loi bancaire du 26 juillet 2013, le bénéficiaire était en droit d’utiliser ou non le capital pour l’organisation de vos obsèques. Désormais, le capital des contrats obsèques doit être exclusivement utilisé à cette fin. En savoir plus ici. Si le montant du capital est supérieur aux frais d’obsèques, le bénéficiaire est en droit d’utiliser la marge librement.

Le contrat obsèques en prestations

Plus précis, le contrat en prestations est celui auquel souscrivent les personnes qui souhaitent organiser chaque détail de leurs obsèques et s’assurer qu’un capital conséquent est affecté à chaque poste de dépense. 

La souscription à ce contrat est soumise à la présentation d’un devis détaillant toutes les prestations. Avec la floraison du marché funéraire en France, l’idéal est de choisir votre devis grâce à un comparateur en ligne. Dès lors que le devis est finalisé, votre compagnie d’assurance le prend en charge. 

Ensuite, il faudra préciser si le montant cotisé sera versé au bénéficiaire directement, avec obligation de respecter vos dernières volontés, ou s’il se fera via des remboursements de factures. 

Avec ce type de contrat, le bénéficiaire reçoit le remboursement des prestations non réalisées par les pompes funèbres. De même, dans le cas où le montant du capital est supérieur aux frais d’obsèques, vos héritiers reçoivent la somme majorée. 

Le mode de cotisation

Vous avez déjà une idée du type de contrat pour lequel vous souhaitez souscrire. Il vous reste encore à choisir le mode de cotisation. Il s’agit de la méthode via laquelle vous constituez le capital de votre convention obsèques.

Quel que soit l’assureur que vous aurez choisi, il vous sera toujours proposé au moins 3 modes de cotisation à savoir :

  • le versement unique de la totalité du montant fixé par l’assureur. Incombant à l’assuré, il se fait juste après la souscription à la convention obsèques ; 
  • le versement mensuel, trimestriel ou annuel de cotisations sur une certaine durée. Le montant et la durée des cotisations sont définis dès la signature de la convention. L’objectif à terme est d’atteindre le capital voulu au bout d’un certain temps ; 
  • le versement de rente viagère à échéance mensuelle, semestrielle ou annuelle. Ce mode de versement impose à l’assuré le paiement d’un montant déterminé d’avance jusqu’à la fin de sa vie. Cette formule est conseillée aux les personnes en âge avancé. 

Les clauses du contrat obsèques

Quel que soit le type de contrat ou le mode de versement, soyez regardant sur les garanties de votre convention obsèques. Plus il y en aura et plus le contrat coûtera cher. Choisissez seulement celles qui vous semblent opportunes.

De même, vérifiez toujours les clauses d’exclusion au contrat obsèques. Le délai de carence ou de stage, correspondant à la période au cours de laquelle la convention ne protège pas intégralement, doit également être vérifié.

Laisser un commentaire